fbpx

Patricia Arnold – De Cardiologie

« En plus des tâches médicales, tu feras également beaucoup d’accompagnement psychologique. »

Hello Patricia ! Nous t’avons déjà interviewé une fois, mais pourrais-tu te présenter à nouveau aux lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Bonjour ! Bien sûr ! Je m’appelle Patricia Arnold et j’ai 55 ans. Je travaille en tant qu’infirmière depuis 1999 et, au fil des ans, j’ai pu acquérir une grande expérience. J’ai travaillé dans des hôpitaux, des maisons de repos et également dans le domaine des soins à domicile. Il y a deux ans, j’ai décidé d’être détachée par buro Nexus et je suis toujours très heureuse de ce choix. Pendant mon temps libre, j’aime promener mes deux chiens, partir en vacances et faire des choses amusantes avec mes enfants et mon mari.

Tu travailles depuis longtemps dans le secteur des soins de santé ! Comment t’es-tu fait enrôler ?

J’ai toujours eu l’ambition de travailler dans le secteur des soins de santé, mais j’ai longtemps occupé un poste administratif. Une fois que tu commences à travailler et que tu gagnes bien ta vie, tu ne t’arrêtes pas pour recommencer à te former, par exemple. Quand j’avais 26 ans, nous avons déménagé et j’ai dû quitter mon emploi administratif de l’époque. J’étais au chômage et j’ai dit à mon mari que j’avais enfin la possibilité de commencer une formation en soins. Dès que j’ai commencé ma formation, j’ai immédiatement trouvé ma place. Aujourd’hui encore, je ne regrette pas ce choix ! J’éprouve une grande satisfaction à travailler dans le domaine des soins de santé, car on peut avoir une grande signification pour les gens avec peu de choses. Il peut s’agir de soins, mais aussi de prêter simplement une oreille attentive. Les gens sont souvent tellement reconnaissants. Il suffit d’un sourire ou d’un mot gentil en retour pour que l’on se dise : c’est pour ça que je fais ce métier !

Tu nous as dit que tu avais déjà une grande expérience dans le domaine des soins de santé, mais étais-tu également familière avec le concept de détachement ?

Je savais ce qu’était le détachement avant de commencer à travailler pour buro Nexus. À l’époque, une de mes anciennes collègues travaillait également avec vous et elle était très enthousiaste et toujours positive. Ses histoires m’ont rendu curieuse C’est alors que j’ai décidé de prendre contact avec vous et de voir ce que nous pourrions avoir d’intéressant à s’offrir mutuellement. Ce que j’aime dans le détachement c’est le fait de pouvoir travailler dans différents endroits. Buro Nexus est également à l’écoute des commentaires. Tu peux toujours indiquer si un projet te plaît ou non. Je suis avide d’apprendre et je trouve formidable de pouvoir découvrir toutes les branches des soins de santé et d’avoir un aperçu de tout. Bien que j’aie 55 ans et que je sois dans le métier depuis de nombreuses années, j’apprends toujours de nouvelles choses lors de chaque projet. L’avantage de travailler dans le secteur des soins de santé, c’est que tu t’occupes des patients. Le détachement me permet également de m’y consacrer de la meilleure façon possible. Je n’ai donc pas à m’occuper de l’administration ou d’autres tâches supplémentaires. Ne vous méprenez pas, bien sûr qu’il faut le faire et bien sûr que c’est important aussi, mais comme je suis temporairement détachée à un projet, je n’ai pas à m’en soucier.

Merci Patricia pour cette mise à jour ! Bien sûr, nous n’allons pas refaire la même interview ! Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale du cœur. Nous avons donc pensé qu’il serait amusant de parler à quelqu’un qui travaille dans le service de cardiologie. Peux-tu nous en dire plus à ce sujet ?

Oh oui ! J’ai travaillé dans le service de cardiologie de l’hôpital Bravis à Roosendaal l’année dernière, de janvier à décembre 2021. Avant ce projet, j’avais travaillé pour la dernière fois dans un service de cardiologie il y a 16 ans. En 16 ans, beaucoup de choses avaient changé, bien sûr, mais j’ai été surprise de voir combien de connaissances m’étaient restées. La cardiologie est le service qui s’occupe du cœur. Tu peux y rencontrer des problèmes aigus ou chroniques. Un problème aigu, par exemple, est un trouble du rythme, un infarctus ou une inflammation du cœur. Tu rencontres également de nombreuses personnes souffrant de problèmes chroniques, comme l’insuffisance cardiaque. Cela signifie que le cœur ne pompe plus aussi bien. Si tu travailles dans le service de cardiologie, tu seras principalement chargé de donner des médicaments aux gens, de les soigner et de superviser les patients. Ce que l’on voit aussi souvent, c’est que les gens ont des douleurs thoraciques, mais bien sûr, on ne peut pas voir immédiatement d’où elles proviennent. Il faut alors procéder à un cathétérisme cardiaque. Cela signifie qu’on va jusqu’à ton cœur avec un tube à travers le poignet pour examiner ton cœur. Un liquide est injecté dans le tube et cela nous permet de voir si, par exemple, il y a un rétrécissement quelque part qui pourrait être la cause de la douleur thoracique. Nous envisageons ensuite le meilleur traitement pour le patient. Parfois, nous pouvons le résoudre par des médicaments, mais il se peut aussi qu’un traitement endotrachéal soit préférable pour un patient. Si la sténose est grave, il faut procéder à une opération au cours de laquelle un pontage est effectué. Nous préparons donc nos patients à l’un de ces traitements. Bien entendu, la prise de médicaments est simple, il suffit de l’expliquer. Mais un traitement endotrachéal et une intervention chirurgicale nécessitent davantage de conseils. Les gens sont anxieux car leur cœur est en jeu. Un bon suivi est également important. Ainsi, en plus des tâches médicales, tu feras également beaucoup d’accompagnement psychologique. Je dis toujours que de bonnes explications constituent la moitié du remède !

Enfin, pourrais-tu nous donner quelques conseils pour que l’on ne te croise pas si tôt dans le service de cardiologie.

Certainement ! Je pense que tout le monde connaît déjà les conseils les plus évidents. Il faut continuer à faire beaucoup d’exercice, manger sainement, arrêter de fumer également et veiller à ne pas stresser. À propos, savais-tu qu’une mauvaise hygiène dentaire pouvait également entraîner des problèmes cardiaques ? Une mauvaise hygiène buccale augmente le risque de crise cardiaque. Les bactéries à l’origine des plaques dentaires peuvent pénétrer dans le sang et contribuer à la calcification des artères chez les patients cardiaques. Les maladies des gencives peuvent entraîner une inflammation du péricarde par les bactéries. Veillez donc à bien vous brosser les dents et à vous rendre régulièrement chez le dentiste !

Discutons

autour

d'un café

aujourd'hui...

Et commencez votre première mission demain ! Cela peut aller aussi vite avec buro Nexus. Alors, quand venez-vous nous rendre visite ?